Paris2Connect, le projet de smart city lauréat de l’appel à expérimentation pour les « Quartiers d’innovation urbaine »

Nokia, la RATP, ou encore ParkingMap font partie du projet de smart city Paris2Connect initié par ATC France. L’objectif est de mutualiser leurs moyens pour développer une rue connectée. Cartographie des places disponibles, 5g et véhicules autonomes sont notamment du programme.

Ce projet smart city ne devrait pas tomber aux oubliettes! Paris2Connect, un projet mené par ATC France, fait partie des lauréats de l’appel à expérimentation pour les « Quartiers d’innovation urbaine » (QIU) nommés jeudi 11 octobre 2018 par la ville de Paris et l’Urban Lab. Ses premières réalisations concrètes auront lieu début 2019.

Le projet est né dans la tête de Laurent Benet, directeur de la stratégie et de l’innovation ATF France. Start-up, acteurs privés et acteurs publics sont montés à bord. L’écosystème Paris2Connect comprend ainsi : ATC France, Audiospot, Aximum, Nokia, ParkingMap, le groupe RATP et Signify. Mais le projet « reste ouvert à l’intégration d’autres acteurs du QIU« , précise Laurent Benet à l’Usine Digitale.

D’UNE CARTOGRAPHIE DES PARKINGS AU VEHICULE AUTONOME

Paris2Connect, c’est avant tout un projet progressif qui va débuter début 2019 « avec les premiers cas d’usages pragmatiques, notamment avec ParkingMap qui cartographie en temps réel l’offre de stationnement et AudioSpot qui propose une offre de guidage sonores pour les aveugles et malvoyants« , détaille Laurent Benet. Certains lampadaires vont être équipés de la fibre optique et d’autres vont être remplacés par des lampadaires intelligents intégrant différentes fonctions : caméra, relai 5G, détecteur de bruit, détecteur de pollution, système AudioSpot… Puis, des briques plus innovantes seront mises en place en particulier avec Nokia qui installera la 5G et la RATP qui mettra en circulation des navettes autonomes.

Leur terrain de jeu ? L’avenue Pierre Mendès-France de gare d’Austerlitz vers le périphérique et autour de la BnF (Bibliothèque nationale de France). ATC France et ses partenaires vont bénéficier de cette zone d’expérimentation afin de tester et modifier leurs projets. Les partenaires vont essayer de trouver quel modèle économique ils peuvent avoir autour de la smart city afin que ces projets soient viables pour eux. Par exemple, au niveau du véhicule autonome, ils pourront chercher à savoir s’il est moins coûteux d’équiper les infrastructures pour les faire communiquer avec les véhicules ou d’équiper plus encore les véhicules sans connecter l’infrastructure.

MUTUALISER LES COUTS ET UTILISER LES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

Paris2Connect « répond à plusieurs préoccupations des villes », selon Laurent Benet. D’une part, comment faire face à l’émergence des nouveaux besoins en connectivité et surmonter les coûts associés au développement de projets sur la smart city. D’autre part, comment développer ces nouveaux besoins sans surchager les villes avec de nouvelles infrastructures. ATC France a ainsi mis les lampadaires au coeur de son projet smart city, ce qui évite d’avoir à empiéter plus encore sur l’espace public.

Avec Paris2Connect, ATC France veut « montrer à la ville de Paris que cela fait sens d’avoir une rue entièrement connectée dans laquelle il est possible d’imaginer les services numériques de demain, explique Laurent Benet. Cette rue connectée est pensée de manière globale et intégrée.« 

> Consulter l'article