Les places de parking sont un sujet dont se sont emparées une multitude de start-up ces dernières années. Les solutions varient entre des applications et des capteurs capables de déterminer les places disponibles en temps réel et bien plus.

Trouver une place de parking va devenir un jeu d’enfant… Maux de tous les automobilistes, le stationnement est en train de changer et d’être révolutionné par des applications et des outils d’analyse performants boostés à l’intelligence artificielle. Les villes françaises sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses à adopter ces solutions. Le marché attire également les innovations avec la création de plusieurs start-up.

ParkingMap fait figure de pionner dans le milieu malgré son jeune âge. Il y’a trois ans, Henri de La Porte créait son entreprise à Paris avec pour objectif de donner la disponibilité du stationnement en temps réel. « Nous avons très rapidement fait un constat: sur le marché, il y avait déjà pléthore d’acteurs qui avaient pris le sujet du stationnement par un angle technologique », relate l’entrepreneur.

Les équipes de ParkingMap développent une application Web et mobile capable de centraliser toutes les données open data, des horodateurs aux réseaux de transport. Mais la start-up a voulu passer un peu plus loin pour ne pas se cantonner à la simple information sur les places libres. « On a un véritable outil de conseil avec une analyse 365 jours par an et sept jour sur sept, c’est beaucoup plus pertinent », promet Henri de La Porte.

Savoir si la place est assez grande pour sa voiture

Grâce à son dispositif d’analyse en temps réel, les clients de ParkingMap, typiquement une ville ou de grands groupes de distribution comme Carrefour ou Auchan, disposent « d’un véritable outil d’aide à la mobilité et à la politique. Elle est capable de comprendre ce qu’il se passe sur son stationnement ». Pour Henri de La Porte, le stationnement moderne a changé et le fait de se garer n’est plus une fin en soi. « La plupart des personnes qui cherchent une place pour stationner vont soit faire des courses, soit font une étape dans un chemin », assure l’entrepreneur.

Parmi les clients de ParkingMap, figure la ville de Soissons. Le maire a ainsi choisi cette solution pour visualiser le stationnement dans les rues pour ensuite adapter la politique de stationnement. L’application mobile permet de visualiser les places de stationnement disponibles. Et si l’utilisateur a bien précisé son modèle de véhicule, si la taille de cette place est bien suffisante pour se garer. Pour que le système fonctionne, ParkingMap travaille avec de nombreux capteurs commercialisés sur le marché.

Du capteur à la plate-forme de smart parking

La start-up lilloise Parkki a commencé par commercialiser un capteur à sa création en 2016. Sa technologie: une caméra fixée sur l’éclairage public capable d’analyser dans un rayon de 100 mètres jusqu’à une cinquantaine de places de parking. Après avoir intégré l’incubateur Via ID créé en 2009 par Mobivia (Norauto, Midas, ATU), les fondateurs de Parkki ont opéré un changement de cap. « Aujourd’hui, notre corps de métier est l’analyse du stationnement qui permet de répondre aux gestionnaires de parkings, les aéroports, les hôpitaux, les villes », explique Pierre-Julien Harbonnier, l’un des cofondateurs.

Parkki développe des solutions clefs en main et adaptées. « On a des partenariats avec des fournisseurs de capteurs, de barrières, d’outils d’analyse d’image », poursuit l’entrepreneur. Le client peut choisir différents modules comme l’alerte en temps réel d’une voiture garée devant une sortie pompiers ou la détection d’une simple voiture ventouse. « Pour analyser le stationnement, on intègre les données de la smart city, comme la qualité de l’air et la météo, pour avoir une vision d’ensemble qui va plus loin. Nous étudions ce qui se passe et nous le lions à d’autres phénomènes avec la mobilité », développe Pierre-Julien Harbonnier.

Après des tests concluants sur le terrain, Parkki a levé 1 million d’euros en novembre 2018 pour soutenir son développement commercial et recruter de nouveaux talents.

Réserver sa place de parking à distance

Troisième start-up française du parking: Citymagine, hébergé à Euratechnologies à Lille. Dans la ville de demain, le parking aura toujours sa place même après l’arrivée des voitures autonomes. Et cela, Citymagine l’a bien compris. « Nous sommes totalement capables de détecter ce qu’est une place de parking et de détecter les zones où on a du stationnement », assure José Costa, le CEO. Pour l’heure, la jeune société va se jauger à Villeneuve-Loubet (Alpes Maritimes) pour un test grandeur nature. « Autant sur la partie techno, nous avons une solution qui fonctionne très bien, sur la partie smart city, il y’a des choses qui sont en train d’être finalisées », reconnait José Costa.

La place de parking est souvent perçue comme le graal du conducteur dans les villes très denses. La start-up australienne Liftango, cofondée en 2015 par un Clermontois expatrié à Sydney, se sert de cette place de parking comme appât pour attirer des utilisateurs pour son application de covoiturage. « Pour le covoiturage, on a développé une solution de parking pour récompenser les covoitureurs », détaille Alexandre Girard, cofondateur de Liftango. Et cela fait plusieurs mois qu’il est en contact avec une entreprise française du CAC 40 pour installer sa solution sur le smartphone des salariés. Plusieurs cas de figures existent. « On va fournir un détail de qui réserve tel ou tel parking, donner le numéro de la plaque de la voiture notamment. Le système est propre à chaque parking », explique Alexandre Girard.

Thibault Marotte

 

 

 


			                

> Consulter l'article